Exigences générales

EN ISO 13688 (2011) : « Exigences générales »

C’est une norme de référence utilisée en association avec d’autres normes (ne peut pas être utilisée seule).

But : Expliquer les exigences générales liées à l’ergonomie, aux systèmes de taille, au vieillissement, au marquage des vêtements ainsi qu’aux informations fournies par le fabricant.

Inocuité

Le vêtement ne doit pas être néfaste pour la santé :

  • - l’émission de chrome VI, de nickel et d’autres substances chimiques dangereuses pour la santé ne doivent pas dépasser une certaine limite.
  • - pas de colorants azoïques
  • - pH compris entre 3.5 et 9.5

Le marquage

L’étiquette doit être fixée de façon visible et lisible, capable de résister au nombre de cycles de nettoyage prévus.

Sur chaque étiquette, il convient de faire figurer :

  • - Le nom
  • - La marque commerciale
  • - Le code produit
  • - La taille
  • - Le numéro de la norme
  • - Le pictogramme et, le cas échéant, les niveaux de performance
  • - Les instructions de lavage ou de nettoyage

Système de tailles

Les principales dimensions sont la stature, le tour de poitrine, le tour de taille exprimées en cm

Ergonomie

Il s’agit de prendre en compte l’homme et son milieu de travail tout en assurant un maximum de confort, de sécurité et d'efficacité. Tout ceci nécessite au préalable une étude minutieuse des risques.

  • - Le vêtement doit être enfilé et retiré facilement.
  • - Le mouvement des bras et des genoux doit être possible.
  • - Le niveau de confort doit être compatible avec le niveau de protection prévu contre les dangers.

D’autres exigences sont à apporter en fonction de la norme à laquelle sera soumis le produit.

Vieillissement

C’est l’altération d’une ou plusieurs propriétés initiales des matériaux causée par divers facteurs

La présente norme traite uniquement :

  • - De la solidité teinture
  • - De la stabilité dimensionnelle due au nettoyage
  • - Des méthodes de lavage et de nettoyage à sac

Informations fournies par le fabricant

Le pictogramme "Information" indique que le vêtement est accompagné d’un manuel d’instructions

Tableau de correspondance des tailles
Vêtement de protectionDimensions de référence
veste, manteau, gilet tour de poitrine ou de buste et stature
pantalon tour de taille et stature
combinaison tour de poitrine ou de buste et stature
tablier tour de poitrine ou de buste, tour de taille et stature
équipement de protection (genouillières, protecteur dorsaux, ...) Choisir la mesure pertinante: tour de poitrine ou de buste, tour de taille et stature; masse corporelle; longueur de taille à taille en passant par dessus l'épaule.

Des mesures supplémentaires telles que la mesure de la longueur des bras, de l’entre-jambe peuvent être indiquées

Haute-Visibilité

EN ISO 20471 (2013) : «Vêtements à haute visibilité»

Domaine d’application : Vêtements de visibilité pour les professionnels.

But : Signaler et détecter visuellement la présence de l’utilisateur dans des conditions dangereuses de jour comme de nuit en présence des phares.

En quoi consiste cette norme ?

Il y a deux types de matières que l’on doit combiner:

  • - matière fluorescente
  • - matière rétroréfléchissante (bande)

Une matière non fluorescente de contraste (gris, bleu, vert,…) peut être utilisée et doit aussi répondre à des exigences (Solidité, résistance mécanique)

Catégorie du vêtement

Cette norme permet de répertorier trois catégories de vêtements de classe 1 à 3 en fonction du degré de visibilité.

Classe 3Classe 2Classe 1
Matière fluorescente 0,8 m² 0,5 m² 0,14 m²
Matière rétroréfléchissante 0,2 m² 0,13 m² 0,1 m²
Matière à caractéristiques combinées - - 0,2 m²
Niveau de visibilité Le plus élevé Intermédiaire Le plus bas

Exigences

Matière fluorescenteBande rétroréfléchissante
Rôle Etre visible le jour par l’émission de radiations optiques de coloris jaune, orange ou rouge. Assurer les meilleurs contrastes dans la nuit présence de feux de phare par exemple.
Disposition Entoure le torse, les manches et les jambes de pantalon sur une hauteur minimum de 5 cm Au minimum : 5 cm de large et espacée de 5 cm. Placée à 5 cm du bas du vêtement la bande doit encercler le corps (D’autres bandes peuvent être ajoutées en fonction de la catégorie du vêtement, du type de vêtements).
Exigences
  • Exigences colorimétriques
  • Solidité teintures au frottement, au lavage, à la transpiration, au repassage (le dégorgement et le changement de couleur sont ainsi testés)
  • Performance mécanique
  • Variation dimensionnelle
Exigence photométrique qui donne les coefficients de réflexion (En fonction de ces valeurs, on aura 2 classes pour la bande rétroréfléchissante).

Marquage

X: indique la catégorie du vêtement

Protection contre la flamme et la chaleur

EN 469 + A1 (2007) : «Lutte contre un incendie»

Domaine d’application : Vêtements de protection pour sapeurs-pompiers (lutte contre un incendie)

But : Protéger les sapeurs-pompiers lors d’interventions de lutte contre l’incendie et d’activités associées.

En quoi consiste cette norme ?

Cette norme permet de définir deux niveaux en fonction de l’évaluation des risques : niveau 1 et niveau 2. Le niveau 2 étant le niveau supérieur.

Type de produit

Il s’agit d’un ensemble veste/pantalon ou combinaison recouvrant le buste, le cou, les bras jusqu’aux poignets et des jambes jusqu’aux chevilles.

Pour une protection complète, il convient que des équipements complémentaires destinées à protéger la tête, le visage, les mains et les pieds soient également portés.

Exigences

Le produit doit répondre aux exigences suivantes :

  • Transfert de chaleur (flamme et rayonnement) : L'échantillon est maintenu au-dessus de la flamme ou d’un spectre IR et l'on mesure combien de secondes l'échantillon peut être exposé avant d'atteindre une hausse de température de 24°C.
    Transfert de chaleur (flamme) EN 367
    Indice de transfert de chaleurXf1Xf2
    HTI24 ≥ 9,0 ≥ 13,0
    HTI24 - HTI12 ≥ 3,0 ≥ 4,0
    Transfert de chaleur (rayonnement) ISO 6942
    Indice de transfert de chaleurXr1Xr2
    RHTI24 ≥ 10,0 ≥ 18,0
    RHTI24 - RHTI12 ≥ 3,0 ≥ 4,0
  • Résistance à la pénétration de l’eau, à la vapeur d’eau et aux produits chimiques liquides
  • Propagation de la flamme
  • Résistance thermique
  • Résistance à la traction et au déchirement
  • Variation dimensionnelle
  • Visibilité (selon la norme EN 471 (2007))
  • Concernant les exigences de marquage général, il convient de se référer à la norme EN 340.

Marquage

Ce pictogramme peut être accompagné des annotations suivantes :

  • Xf1 /Xf2 ou Xr1/Xr2 : protection thermique (flamme (f) ou rayonnement (r))
  • Y1/Y2 : résistance à la pénétration de l’eau
  • Z1/Z2 : résistance à la vapeur d’eau

Cette norme définit 2 niveaux en fonction de l’évaluation des risques, le niveau 2 étant le niveau supérieur.

EN ISO 14116 (2008) : «Vêtements à propagation de flamme limitée»

Domaine d’application : Vêtements de protection pour les travailleurs contre tout contact occasionnel et de courte durée avec de petites flammes (sans risque thermique).

But : Protéger les travailleurs et éviter que le vêtement propage la flamme.

Attention cette norme ne permet pas une protection contre la chaleur. Pour ce type de protection supplémentaire, il convient de se référer à la norme EN ISO 11612.

En quoi consiste cette norme ?

La norme ne prévoit qu'un seul test de propagation des flammes pour le tissu. Le résultat du test se reflète dans l'indice du pictogramme.

Exigences

Lors de la conception du vêtement :

  • Les pantalons ne doivent pas avoir de revers
  • Un chevauchement minimum entre la veste et le pantalon est obligatoire
  • Ces vêtements sont confectionnés dans des matériaux retardateurs de flamme

Le produit doit répondre aux exigences suivantes à l’état neuf et après prétraitement :

  • De performances thermique et mécanique.
  • De résistance des coutures.

Concernant les exigences générales et les tailles, il convient de se référer à l’EN 340

Différentes classes de vêtements
Classe des matériauxExigences
Indice 1 Pas de propagation de la flamme, pas de débris enflammés, aucune incandescence résiduelle
Indice 2 Exigence supplémentaire : pas de formation de trous
Indice 3 Exigence supplémentaire : persistance de la flamme < 2s

Les matériaux de classe 1 sont à porter au-dessus de ceux de classe 2 qui eux même se positionne au-dessus de la classe3.

Marquage

Ce pictogramme peut être accompagné de 3 chiffres : 3/5H/75.

Cela signifie que le matériau répond à l’indice d’inflammabilité 3, après 5 lavages domestiques (industriels I, domestique H ou à sec C) à 75 °C.

EN ISO 14116 (2008) : «Vêtements à propagation de flamme limitée»

Cette norme vient remplacer l’EN 533 (1997).

Domaine d’application : Vêtements de protection pour les travailleurs contre tout contact occasionnel et de courte durée avec de petites flammes (sans risque thermique).

But : Protéger les travailleurs et éviter que le vêtement propage la flamme.

Attention cette norme ne permet pas une protection contre la chaleur. Pour ce type de protection supplémentaire, il convient de se référer à la norme EN ISO 11612.

En quoi consiste cette norme ?

La norme ne prévoit qu'un seul test de propagation des flammes pour le tissu. Le résultat du test se reflète dans l'indice du pictogramme.

Exigences

Lors de la conception du vêtement :

  • Les pantalons ne doivent pas avoir de revers.
  • Un chevauchement minimum entre la veste et le pantalon est obligatoire.
  • Ces vêtements sont confectionnés dans des matériaux retardateurs de flamme.

Le produit doit répondre aux exigences suivantes à l’état neuf et après prétraitement :

  • De performances thermique et mécanique.
  • De résistance des coutures.

Concernant les exigences générales et les tailles, il convient de se référer à l’EN 340

Différentes classes de vêtements
Classe des matériauxExigences
Indice 1 Pas de propagation de la flamme
Pas de débris enflammés
Aucune incandescence résiduelle
Indice 2 Exigence supplémentaire : Pas de formation de trous
Indice 3 Exigence supplémentaire :Persistance de la flamme < 2s

Les matériaux de classe 1 sont à porter au-dessus de ceux de classe 2 qui eux même se positionne au dessus de la classe3.

Marquage

Ce pictogramme peut-être accompagné de 3 chiffres : 3/5H/75
Cela signifie que le matériau répond à l’indice d’inflammabilité 3, après 5 lavages domestiques (industriels I, domestique H ou à sec C) à 75 °C.

EN ISO 11612 (2008) : «Protection contre la chaleur et les flammes»

L'ISO 11612 vient remplacer la norme EN 531

Domaine d’application : Vêtements de protection pour les travailleurs contre la chaleur et les flammes (de brefs contacts).

But : Protéger le travailleur exposé à des flammes, à une chaleur émise par rayonnement, par convection ou par contact ou à des projections/éclaboussures de métal en fusion.

Cette norme ne peut PAS être utilisée pour des vêtements d’intervention des sapeurs-pompiers (EN469) ni pour les vêtements des soudeurs (ISO 11611).

En quoi consiste cette norme ?

Exigences

Le produit doit répondre aux exigences suivantes :

  • Résistance à la chaleur (environ à 180°) (l’article ne doit pas s’enflammer, ni fondre, ni rétrécir de plus de 5%).
  • Résistance des coutures
  • Propagation de flamme limitée (consiste à enflammer un échantillon de tissu pendant 10 secondes, l’embrassement peut se faire de façon horizontale (codifiée par les lettres A1) ou de façon verticale(A2)).

Et doit répondre à au moins une des exigences suivantes :

  • Chaleur convective qui est un réchauffement d’air (lettre de codification B) : L'échantillon est maintenu au-dessus de la flamme et l'on mesure combien de secondes l'échantillon peut être exposé avant d'atteindre une hausse de température de 24°C.
    • B1: 4 < 10 secondes
    • B2: 10 < 20 secondes
    • B3: 20 secondes et plus.
  • Chaleur radiante qui est un réchauffement d’objet (lettre de codification C) : Même principe que le test précédent mais ici le tissu est exposé à une chaleur radiante au moyen d'un spectre infrarouge à large bande.
    • C1: 7 < 20 secondes
    • C2: 20 < 50 secondes
    • C3: 50 < 95 secondes
    • C4: 95 secondes et plus
  • Projection d’aluminium en fusion (lettre de codification D) / Projection de fonte en fusion (lettre de codification E) : on regarde la quantité maximale à déposer sur la membrane avant que celle-ci se déforme.
    • D1 : de 100 à 200 grammes
    • D2 : de 200 à 350 grammes
    • D3 : 350 grammes et plus
    • E1 : de 60 à 120 grammes
    • E2 : de 120 à 200 grammes
    • E3 : 200 grammes et plus
  • Chaleur de contact (lettre de codification F)
    • F1: 5 -10 secondes
    • F2: 10 - 15 secondes
    • F3: 15 secondes et plus

Marquage

La désignation des tailles et les exigences générales doivent être en accord avec les exigences ISO 13688.

EN ISO 11611 (2007) : «Protection lors du soudage»

La norme ISO 11611 vient remplacer la norme EN 470-1.

Domaine d’application : Vêtements de protection utilisés pendant le soudage et les techniques connexes (oxycoupage, rainurage à l’arc, ...).

But : protéger celui qui le porte pendant toute une journée (8h) contre les petites projections de métal en fusion, contre le contact de courte durée avec une flamme, contre la chaleur radiante provenant de l'arc et à fournir un certain degré d'isolation électrique en cas de contact accidentel avec un conducteur électrique.

En quoi consiste la norme ?

Cette norme spécifie 2 classes en fonction de l’importance des exigences :

  • Classe 1 (la plus faible) : protection contre des risques faibles lors du soudage provoquant le moins de projections et une chaleur radiante faible.
  • Classe 2 (la plus élevée) : protection contre des risques plus importants lord du soudage (projections et chaleur radiante importantes).

Exigences principales

Cette norme se compose de plusieurs tests dont les principaux sont :

  • Propagation de la flamme : consiste à enflammer un échantillon de tissu pendant 10 secondes, l’embrassement peut se faire de façon horizontale (codifiée par les lettres A1) ou de façon verticale(A2)
  • Impact des projections : lors de ce test, des gouttes de métal en fusion sont projetées sur un morceau de tissu suspendu à la verticale. L'on détermine ensuite après combien de gouttes on enregistre une hausse de température de 40°C de l'autre côté du tissu :
    • Catégorie 1: ≥ 15 gouttes de métal liquide
    • Catégorie 2: ≥ 25 gouttes de métal liquide
  • Transfert de chaleur : le tissu est exposé à une chaleur radiante au moyen d'un spectre infrarouge à large bande. On mesure combien de temps le tissu peut être exposé à la chaleur avant d'atteindre une hausse de température de 24°C :
    • Catégorie 1: hausse de la température après ≥ 7 secondes
    • Catégorie 2: hausse de la température après ≥ 16 secondes

Autres exigences mécaniques sont aussi demandées

La traction, le déchirement, la résistance à la couture, la stabilité dimensionnelle.

Marquage

CEI 61482 (2009) : « Protection contre les arcs électriques»

Domaine d’application : Vêtements de protection pour des ouvriers lorsqu’il y a un danger d’arc électrique.

But : Protéger les ouvriers pouvant être soumis à un arc électrique (semblable à une foudre qui éclate dans une installation électrique à la suite d’une perturbation).

En quoi consiste cette norme ?

Type de vêtement

Cette norme ne s’applique qu’aux combinaisons avec manches longues n’ayant aucune pièce métallique apparente.

Le textile doit être résistant à l’effet thermique de l’arc, de plus l’utilisation de fibres conductrices est à proscrire pour éviter tout risque d’électrisation.

Exigences

Ce type de vêtement doit répondre aux exigences suivantes :

  • Propagation de flamme limitée du matériau (sur le matériau monocouche ou multicouches)
  • Résistance à la déchirure, à la rupture.
  • Résistance thermique à l’arc : des tests en laboratoire sur mannequin sont réalisés pour simuler une condition réelle. Le tissu est exposé à un arc électrique d'une puissance de 4kA ou 7kA par court-circuit. L'arc électrique ne dure pas plus de 500 ms. (En fonction des résultats, la classe 1 (résistance minimale) ou la classe 2 (résistance supérieure) sera attribuée aux vêtements).

Marquage

EN 15614 (2007) : «Protection contre les feux d’espaces naturels»

Domaine d’application : Vêtements de protection pour les sapeurs-pompiers contre les feux d’espaces naturels (forêts, récoltes, prairies, terres agricoles). Pour la lutte de feu dans les bâtiments, il convient de se référer à l’EN469 (2005).

But : Protéger les sapeurs-pompiers piégés par le feu tout en assurant leur confort.

En quoi consiste cette norme ?

Destinés principalement aux sapeurs-pompiers qui travaillent durant de longues heures à des températures estivales étant soumis à des chaleurs très élevées. Avantages : des vêtements légers, souples et très respirant.

L’EPI peut être :

  • Une combinaison
  • Un ensemble veste-pantalon

Conception du vêtement

  • Le col doit rester à la verticale lorsqu’il est relevé et avoir un système de fermeture au niveau de la ligne du col.
  • Au niveau du bas de pantalon et des poignets, un système de fermeture doit assurer une bonne interface respectivement avec les chaussures et avec les gants.
  • Un chevauchement minimum de la veste et du pantalon sur une longueur d’au moins 15 cm lors du mouvement.
  • Les poches doivent s’ouvrir vers l’extérieur.

Exigences

Le produit doit répondre aux exigences suivantes :

  • Propagation de la flamme (codifiée par les lettres A1 (allumage sur la surface) ou A2 (allumage par le bord inferieur))
  • Résistance à la traction, au déchirement
  • Résistance thermique
  • Résistance à la vapeur d’eau
  • Stabilité dimensionnelle
  • Performances de rétro-réflexion et/ou fluorescence

Concernant les exigences générales et les tailles, il convient de se référer à l’EN 340.

Marquage

Accompagné de l’indice A1 et/ou A2

Propriétés électrostatiques

EN 1149-5 (2008) : « Propriétés électrostatiques »

Domaine d’application : Vêtements de protection à dissipation électrostatique pour empêcher les décharges incendiaires.

But : Eviter un incendie ou une explosion qui seraient provoqués par des étincelles.

Ce type de vêtements est à utiliser en complément d’un système de mise à la terre.

Il convient d’éviter les atmosphères inflammables enrichies en oxygène.

En quoi consiste cette norme ?

Le produit doit répondre à une des exigences suivantes que l’on teste dans cette norme :

  • La résistance électrique (que l’on mesure à l’aide d’électrodes (posé sur l’éprouvette) auxquelles on applique une tension continue).EN 1149-1
  • La mesure de l’atténuation de la charge : capacité de la charge à diminuer sa densité en migrant dans le matériau (méthode par induction).EN 1149-3

Conception

  • Le tissu doit être en contact avec la peau
  • Les parties conductrices doivent être recouvertes.
  • Si le vêtement est multicouche, le matériau le plus extérieur doit répondre aux exigences relatives au vêtement.
  • Le port de chaussure antistatique est fortement conseillé.

Marquage

Concernant les exigences générales et les tailles, il convient de se référer à l’EN 340

Environnement chimique

EN 13034 + A1 (2009) : « Protection contre les risque chimiques »

Domaine d’application : Vêtements de protection contre les produits chimiques liquides (en cas d’exposition à de légères pulvérisations ou à des éclaboussures accidentelles limitées de produits chimiques)

But : Protéger intégralement ou partiellement le travailleur des produits chimiques.

Cette norme n’offre pas une barrière d’étanchéité totale car ceci n’est pas nécessaire pour ce domaine d’application. D’autre type de combinaison existe pour une protection plus accrue : type 5, type4, …

En quoi consiste cette norme ?

Différents types de produit

  • combinaisons de protection chimique (Type6 qui protège au moins le torse et les membres (combinaison une pièce ou tenue deux pièces).Des tests de pulvérisation en cabinesont réalisées pour valider la conception du produit (spray test)).
  • les articles ne couvrant qu’une partie du corps (Type PB [6] qui protègent uniquement une partie du corps, dans ce cas le test en cabine n’est pas nécessaire).

Exigences

Le produit doit répondre aux exigences suivantes :

  • Résistance à l’abrasion
  • Résistance au déchirement
  • Résistance à la traction
  • Résistance des coutures
  • Résistance à la perforation
  • Résistance au produit chimique seul :
    • Butan-1-ol
    • Acide sulfurique H2SO4 30%
    • Acide chlorhydrique HCl 36%
    • O-xyléne
    • D’autres produits peuvent être testés sur demande d’étude

Concernant les exigences générales et les tailles, il convient de se référer à l’EN 340

Marquage

Concernant les exigences générales et les tailles, il convient de se référer à l’EN 340

Protection du genou

EN 14404 + A1 (2010) : « Protection contre l’hygromadu genou »

Domaine d’application : équipements de protection pour les genoux. (Personne visée : toute personne travaillant agenouillé (exemple : carreleurs))

But : Protéger le genou lorsque celui-ci est fortement sollicité et éviter l’hygroma du genou qui est une inflammation de la bourse séreuse, dont le rôle est de faciliter le glissement des muscles, provoquant des problèmes d’articulations.

En quoi consiste cette norme ?

Différents types de protection des genoux

Le principal type : Type 2 : mousse /rembourrage à insérer dans des poches sur les jambes de pantalon ou fixé en permanence aux pantalons.

D’autres types : Type 1 : équipement à attacher autour de la jambe, Type 3 :équipement non fixé mis en place lors du déplacement de l’utilisateur, Type 4 : équipement avec des fonctionnalités supplémentaires tel qu’un cadre aidant à se relever ou un agenouilloir.

Exigences

Pour la plaque :

  • La résistance à la pénétration de l’eau
  • La répartition de la force
  • La force d’impact.
Les exigences de performance des essais conduiront à différents niveaux de performance :
Niveau 0 Utilisable sur sols plats / aucune résistance à la pénétration.
Niveau 1 Utilisable sur sols plats / légère résistance à la pénétration.
Niveau 2 Utilisables pour tous types de sols / Importante résistance à la pénétration.

Pour le vêtement : La mise ne place de la plaque sur le genou, et son maintient en position lors de l’utilisation

Marquage

X représente le niveau de performance. Exemple : Niveau 1 Type 2.

Pluie

EN 343 + A1 (2007) : « Protection contre les intempéries »

Domaine d’application : Vêtements de protection contre les intempéries (par exemple précipitations sous forme de pluie ou neige), brouillard et humidité du sol.

But : Offrir une protection contre les intempéries tout en assurant une imperméabilité à l’eau et une respirabilité à l’air.

En quoi consiste cette norme ?

Exigences

Les exigences auxquelles le produit doit répondre sontsynthétisées dans le tableau ci-dessous :

PropriétéArticle de référenceMatériau extérieurInsert ou insert thermiqueDoublure
Réalisation des essais de performance sur les composants
Résistance à la pénétration de l'eau (avant et/ou après prétraitement) 4.1 X
(en combinaison si applicable)
X
(en combinaison si applicable)
Résistance évaporative 4.2 X
(en combinaison si applicable)
X
(en combinaison si applicable)
X
(en combinaison si applicable)
Résistance à la traction 4.3 X
Résistance à la déchirure 4.4 X
Variations dimensionnelles 4.5 X
(en combinaison si applicable)
X
(en combinaison si applicable)
X
(en combinaison si applicable)
Résistance des coutures 4.6 X

Les deux principales caractéristiques sont :

  • La résistance à la pénétration de l’eau : C’est le niveau d'imperméabilité du vêtement
  • La résistance évaporative : C'est le niveau de respirabilité du vêtement

Marquage

X : résistance à la pénétration de l’eau
Y : résistance évaporative

Concernant les exigences générales et les tailles, il convient de se référer à l’EN 340.

Froid

EN 14058 (2007) : « Protection contre les climats frais »

Domaine d’application : Vêtements de protection contre les climats frais (correspondant à une possible combinaison d’humidité et de vent à une température de -5 °C et plus).

But : Offrir une protection du corps contre les environnements modérément froids tout en assurant la respirabilité du produit.

L’utilisation d’un matériauimperméable ou étanche à l’eau reste en option pour cette norme.

En quoi consiste cette norme ?

Exigences

On testera principalement :

  • la résistance thermique (c'est le pouvoir isolant)
  • la résistance évaporative (c’est le niveau de respirabilité)

En fonction de la valeur des résistances, on déterminera les classes 1, 2 ou 3 du vêtement. La classe 3 étant la plus efficace.

D’autres tests facultatifs peuvent être effectués tels que la perméabilité à l’air, la résistance à la pénétration d’eau et l’isolation thermique.

Concernant les exigences générales et les tailles, il convient de se référer à l’EN 340

Marquage

Y Classe de résistance thermique (Rct) (1 à 3)

Y Classe de perméabilité à l’air (AP) (1 à 3)

Y Classe de résistance à la pénétration d’eau (WP) (1 à 2) (facultatif)

Y Valeur de l’isolation thermique mesurée sur mannequin mobile (Icler) (facultatif)

Y Valeur de l’isolation thermique mesurée sur mannequin fixe (Icle)(facultatif)

Risque de s'empêtrer dans les pièces mouvantes

EN 510 (1993) : «Protection contre le happement des vêtements par les machines»

Domaine d’application : Vêtements de protection pour les ouvriers afin d’éviter le risque d’enchevêtrement ou le happement des vêtements des travailleurs travaillant à proximité des machines.

But : Offrir une protection du corps contre les environnements modérément froids tout en assurant la respirabilité du produit.

L’utilisation d’un matériauimperméable ou étanche à l’eau reste en option pour cette norme.

En quoi consiste cette norme ?

Type de vêtements

Il existe 3 types de vêtements ou d’association de vêtement:

  • Blouson avec cotte à bretelles
  • Blouson avec combinaison sans manches
  • Combinaison avec manches

Exigences

  • Il convient d’éviter toutes pièces flottantes, tout pli extérieur et les accessoires doivent être cachés.
  • Le système de fermeture doit permettre une ouverture rapide en cas d’urgence et doit rester efficace malgré les lavages.

Concernant les exigences générales et les tailles, il convient de se référer à l’EN 340

Marquage

Nouveau compte S'inscrire